—QUARANTE et UN—

David regarde JC qui se contorsionne de douleur.

—        Allez viens, je t’emmène aux Urgences.

—        Va te faire foutre, râle l’autre au sol.

—        Ferme ta gueule et ramène-toi.

David l’attrape et le soulève.

—        Me touche pas !

—        Sinon quoi ? Tu vas m’en mettre une ? demande-t-il.

—        Tu m’as démoli la mâchoire.

Parfait, cet abruti n’a rien vu. Pas un moment il imagine qu’une femme ait pu le sécher comme ça.

—        Mais non, ça va aller. On meurt pas d’une pichenette dans la figure.

Il passe un bras de JC autour de son épaule et l’aide à se tenir droit.

—        Fais pas ta victime ! Tiens-toi !

Ils avancent vers la rue.

—        Au fait, elles sont où tes copines ? l’interroge David.

Il ricane.

—        Au moins tu sais que tu peux compter sur elles !

—        Elles ont eu raison de s’enfuir. Avec un taré comme toi !

—        N’exagère pas.

—        Tu me fais mal.

—        Ferme-là. T’avais qu’à pas emmerder Julie.

—        Cette petite salope.

David lui décoche un coup de coude vif dans les côtes.

JC se plie en deux, le souffle coupé.

David le redresse par le col, le visage enflammé, sanguin, prêt à faire une connerie.

—        Ferme ta putain de gueule sale fils de pute !

—        Tu vas me tuer ?

Stupéfait par une telle niaiserie, David se détend d’un coup.

Éclate de rire.

—        Te tuer, toi ! Se serait trop d’honneur.

Et comme s’il lui donnait un conseil d’ami, ajoute :

—        Tu vas voir, ça fait du bien de prendre des coups. Ça fait murir !

—        Très drôle.

—        Ça m’étonne que tu ne m’aies pas encore menacé de représailles par ton père !

—        Tu perds rien pour attendre.

—        Ah, ça te va mieux comme ça.

Un moment, alors qu’il le tient contre lui, David imagine que cette saloperie de facho pourrait avoir une lame et lui en filer un coup.

Mais il sourit.

Pas de risque qu’il en ait le courage.

David hèle un taxi.

Qui s’arrête.

—        J’ai un type qui ne se sent pas bien. Vous pouvez nous conduire aux Urgences ?

—        Appelez une ambulance !

—        Sérieusement ? Non-assistance à personnes en danger !

Le type du taxi accepte de mauvaise grâce.

—        Te fais pas d’idée, c’est pas parce que tu m’emmènes à l’hôpital que je vais passer l’éponge, marmonne Jean-Charles.

—        J’espère bien. Te fais pas d’idées non plus. C’est pas parce que je t’emmène aux Urgences que je vais te rouler une pelle.

Le reste du trajet se déroule en silence.

La radio du taxi diffuse de la musique asiatique.

Pas mal du tout la prod. Il y a quelque chose à faire avec ça.

—        C’est quoi la musique ? demande-t-il au conducteur.

—        J’en sais rien et je m’en branle.

OK.

—        Sympa, merci !

Le type lui balance un regard noir par le rétroviseur intérieur.

—        Votre copain, il a pas vomi ?

—        Non il n’a pas vomi. Mais il a pissé sur la banquette.

—        Putain…

Arrivé devant le service des Urgences de l’hôpital, le taxi s’immobilise :

—        Allez, du balai ! râle le conducteur.

—        Combien ?

—        20 balles. Et 50 pour nettoyer la banquette !

—        Pas question.

David jette un billet et j’aide JC à sortir de la bagnole. Puis il le traine comme un mourant jusqu’aux Urgences.

—        Je déteste l’hôpital public ! t’aurais dû m’emmener à la clinique.

—        Je te dépose où je veux !

—        Je vais prévenir mon père…

—        Tu vas rien faire du tout.

Ils se présentent à l’accueil.

—        Ce garçon s’est fait mal, annonce David.

—        C’est lui qui m’a fait ça, appelez la police s’il vous plait Madame !

—        On va d’abord faire le bilan de vos lésions.

—        Oui, c’est ça, j’ajoute, on va d’abord faire le bilan de tes lésions conasse !

JC disparait derrière une porte.

—        Vous pouvez attendre votre ami dans la salle d’attente ? Merci !

—        Ce n’est pas mon ami.

—        OK, attendez-le ou pas, comme il vous plaira.

#victime #urgences #hôpitalpublic #fermetagueuleconnard

Auteur : Matthieu DESHAYES

Médecin depuis 32 ans, j'écris des histoires depuis toujours. Voyager, vivres les milles vies que j'aurais voulu découvrir, me mettre en danger, explorer, expérimenter, palpiter, mourir, aimer, partager. Écrire. Lire.

Une réflexion sur « —QUARANTE et UN— »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *